Saules aveugles, femme endormie

Saules aveugles, femme endormie

PDF from Legrigri for Saules aveugles, femme endormie

Télécharger:
ID: 2264044748
Cloud: Chimie
Téléchargement total: 4717
Lire en ligneTéléchargement

Description du produit

Une femme endormie sous l'emprise de saules aveugles. Un fantôme surpris par un gardien de nuit. Un écrivain possédé par le personnage qu'il vient de créer. Sur le fil secret qui enlace le rêve à la réalité, les êtres de Murakami passent en funambules d'une nouvelle à l'autre, et nous emportent avec fièvre dans les abîmes hypnotiques de notre conscience.

" Haruki Murakami confirme sa stature de géant nippon des lettres. [...] Ce recueil est un labyrinthe familier, un palais des glaces, où le lecteur peut se perdre, et se reconnaître, avec délices. "
David Fontaine, Le Canard enchaîné

Traduit du japonais
par Hélène Morita


Extrait

Saules aveugles, femme endormie

Je fermai les yeux pour mieux percevoir les parfums du vent. Une brise de mai, gonflée comme un fruit à la peau rêche, à la pulpe onctueuse, aux graines abondantes. La pulpe se répandait dans l'air, relâchant les graines semblables à une douce chevrotine qui atteignait mes bras nus. Je ne ressentais pas la moindre douleur.
«Quelle heure est-il ?» me demanda mon cousin. Comme il avait bien vingt centimètres de moins que moi, il était obligé de lever la tête pour me parler.
Je jetai un oeil à ma montre.
«Dix heures vingt.
- Ta montre est exacte ?
- Oui, je crois.»
Mon cousin me saisit le poignet pour vérifier lui-même. Ses doigts minces et humides étaient étonnamment puissants.
«Dis-moi, elle vaut cher ?
- Pas du tout. Elle est très bon marché», répondis-je en consultant l'heure encore une fois.
Aucune réponse de sa part. Je l'observai brièvement. Il semblait confus. Ses dents blanches entre ses lèvres, on aurait dit des os sclérosés.
«Elle est bon marché, répétai-je en le regardant, articulant soigneusement chaque mot. Bon marché, mais elle donne l'heure juste.»
Mon cousin hocha la tête en silence.

Revue de presse

Cette compilation de nouvelles de Haruki Murakami, parues notamment dans le New Yorker et Harper's, comblera les amateurs de sa veine mélancolique...
Tous avancent à petits pas, dans une existence pleine de trous d'air, assaillis d'émotions incongrues («à force d'observer les minces phalanges, ses pensées devinrent bizarrement plates»). Mais tous tiennent debout, à la fois flegmatiques et curieux de la suite des événements. (Marine Landrot - Télérama du 15 octobre 2008 )

Une impression de familiarité. Des personnages "ordinaires". Des minutes qui passent. Des coeurs qui battent, un peu au ralenti. Des mots simples. Rien de spécial en apparence. Et pourtant, on ne peut s'empêcher de continuer la lecture. Avec le sentiment agréable que quelque chose échappe ou nous échappe. Qu'il y a des choses cachées derrière les choses...
Mais chut... N'en disons pas plus, bornons-nous plutôt à constater qu'il est précisément impossible de distinguer le moment où, d'une situation anodine, Murakami fait surgir l'absurde ou l'irrationnel. Est-ce en jouant sur la polysémie de certains termes, en glissant une ligne de blanc à un moment charnière du récit, en changeant de point de vue ou de personnage, en se mettant soudainement en scène ? La réponse est introuvable. C'est un peu comme si, en observant la mer, on cherchait à savoir où s'arrête une vague et où commence la suivante. Le mieux est encore de se laisser emporter par la force du rouleau... (Florence Noiville - Le Monde du 24 octobre 2008 )

Dès les premières pages de ce livre, le ton est donné. «L'espace de quelques secondes, je me tins en un lieu étrange, légèrement obscur. Un lieu où les choses que je voyais n'avaient pas d'existence, où les choses invisibles existaient», écrit Haruki Murakami, dévoilant ainsi ce qui est l'une des clés de son univers romanesque...
Un monde où les choses ne sont jamais ce qu'elles paraissent être, où le moindre objet semble revêtu d'une sorte de densité spirituelle. Un irréductible mystère enveloppe les êtres et les choses, et c'est ce qui donne au moindre geste, aux actes les plus anodins du quotidien, une dimension onirique, à la limite du fantastique. Est-ce de son grand-père paternel, moine bouddhiste, que Murakami tient ce sentiment de la persistance, malgré l'impermanence des choses, qui ne l'a jamais quitté ? (Marjorie Alessandrini - Le Nouvel Observateur du 13 novembre 2008 )

Ils ne sont pas nombreux, ceux dont on peut dire dès les premières pages qu'ils possèdent un univers. Plein d'héroïnes rêveuses, d'hommes immergés dans des durées océaniques, d'êtres passifs et lents dont l'intimité ne cesse de changer de teinte, le monde de Murakami flotte avec des grâces d'algue. Que la situation soit insignifiante ou extrême-un adultère fatal, la perte d'un fils-, il tire, grâce à un sens magique du détail, son essence tragique pour mieux souligner l'inquiétante étrangeté du monde...
Un immense écrivain nous susurre à l'oreille des récits oniriques avec une suavité dont la profondeur envoûte. (Claude Arnaud - Le Point du 11 décembre 2008 )

Présentation de l'éditeur

Une femme endormie sous l'emprise de saules aveugles. Un fantôme surpris par un gardien de nuit. Un écrivain possédé par le personnage qu'il vient de créer. Sur le fil secret qui enlace le rêve à la réalité, les êtres de Murakami passent en funambules d'une nouvelle à l'autre, et nous emportent avec fièvre dans les abîmes hypnotiques de notre conscience.

" Haruki Murakami confirme sa stature de géant nippon des lettres. [...] Ce recueil est un labyrinthe familier, un palais des glaces, où le lecteur peut se perdre, et se reconnaître, avec délices. "
David Fontaine, Le Canard enchaîné

Traduit du japonais
par Hélène Morita


Biographie de l'auteur

Né à Kyoto en 1949, Haruki Murakami est le traducteur japonais de Scott Fitzgerald, Raymond Carver et John Irving. Il s'expatrie en Grèce, en Italie, puis aux États-Unis, et en 1995, il décide de rentrer au Japon après le tremblement de terre de Kobe. Haruki Murakami a rencontré le succès dès la parution de son premier roman, Écoute le chant du vent (1979), qui lui a valu le prix Gunzo. Suivront notamment Chroniques de l'oiseau à ressort, Au sud de la frontière, à l'ouest du soleil, Les Amants du Spoutnik, Kafka sur le rivage, Le Passage de la nuit. Son dernier ouvrage, Portrait de l'artiste en coureur de fond, a paru en 2009 aux Editions Belfond. Plusieurs fois favori pour le prix Nobel de littérature, Haruki Murakami est aujourd'hui un auteur culte au Japon et son œuvre est traduite dans plus de trente pays.

Détails & caractéristiques

Informations sur le produit

À propos de cet article

Informations sur le produit

LIVRES POPULAIRES