L'Assassin royal, Tome 13 : Adieux et retrouvailles

L'Assassin royal, Tome 13 : Adieux et retrouvailles

Meilleur from Legrigri for L'Assassin royal, Tome 13 : Adieux et retrouvailles

Télécharger:
ID: 2290002968
Cloud: Romans graphiques
Téléchargement total: 1829
Lire en ligneTéléchargement

Description du produit

Adieux et retrouvailles

L'assassin royal-13

Alors que les navires emportent au loin le prince Devoir et la Narcheska Elliania, désormais libres de se marier, un homme seul se dresse sur les rivages de l'île d'Aslevjal. Fitz Chevalerie, s'il a fini par se résoudre à la mort du fou, ne peut supporter de laisser la dépouille de son ami ensevelie sous les décombres du château de glace. Il se lance alors dans l'exploration désespérée des ruines souillées à tout jamais par les maléfices de la Femme Pâle. Son périple le mènera bien plus loin qu'il n'aurait pu l'imaginer : des contrées de la mort aux rivages secrets de l'Art, Fitz trouvera peut-être les réponses à toutes ses questions... ou des raisons de croire qu'il se trompe depuis le début.

Robin Hobb
a commencé sa carrière d'écrivain en 1995, avec le cycle de L'assassin royal, qui a fait d'elle un auteur désormais incontournable dans le paysage de la fantasy contemporaine. Les aventures de Fitz touchent à leur fin, mais l'auteur se consacre déjà à un nouveau cycle tout aussi excitant, celui du Soldat chamane.

Extrait

GUÉRISONS

La pratique chalcédienne qui consiste, pour un propriétaire, à marquer ses esclaves d'un tatouage particulier est née d'une mode en vogue dans la noblesse. A l'origine, elle ne concernait que les sujets les plus précieux, ceux qu'on prévoyait de garder toute leur vie ; cette coutume s'est générali­sée, semble-t-il, lorsque sire Grart et sire Porte, puissants aristocrates de la cour chalcédienne, ont commencé à faire assaut de fortune. Bijoux, che­vaux et esclaves servaient alors d'étalon à la richesse, et sire Grart a décidé de faire marquer de façon ostensible toutes ses montures et ses domestiques asservis, dont des colonnes entières l'escortaient lors de ses sorties. On raconte que le seigneur Porte, à l'imitation de son concurrent, entreprit alors d'acheter des centaines d'esclaves à bas prix, sans valeur particulière, comme des artisans ou des érudits, dans le seul but de les tatouer de son sceau et de les exhiber.
À cette époque, certains ouvriers et courtisanes assujettis obtenaient de leurs maîtres le droit d'ac­cepter des emplois à l'extérieur, et, parfois, ces pri­vilégiés gagnaient assez d'argent pour acheter leur liberté. On le comprendra, nombre de propriétaires mettaient quelque mauvaise volonté à se séparer de serviteurs d'un tel prix ; or, comme les tatouages ne s'effaçaient pas sans laisser de considérables cicatrices et que les documents d'émancipation fal­sifiés circulaient abondamment, les affranchis avaient du mal à faire la preuve de la légalité de leur statut. Les possesseurs d'esclaves ont alors tiré profit de cette situation en créant des «anneaux de liberté», onéreuses boucles d'oreilles d'or ou d'ar­gent, souvent serties de pierres précieuses, au des­sin particulier à chaque famille noble, qui indi­quaient que tel esclave avait obtenu légitimement sa libération ; après avoir acheté son affranchisse­ment, il lui fallait fréquemment des années de ser­vice encore pour payer le bijou prouvant qu 'il avait acquis le loisir de se déplacer en Chalcède à son gré et sous sa propre caution.
Histoire des coutumes esclavagistes chalcédiennes, de Geairepu.

Les heures qui succèdent à une bataille me sont familières ; j'ai marché sur des terres gorgées de sang et enjambé des corps mutilés ; pourtant jamais je n'avais connu de combat dont la suite eût mieux illustré la futilité des conflits armés. Les guerriers pansaient les plaies qu'ils s'étaient infligées mutuellement, et les Outrîliens qui avaient dressé le fer contre nous demandaient aux envoyés du Hetgurd des nouvelles de leur famille et des propriétés de leur clan qu'ils n'avaient pas revues depuis des années. Ils évoquaient ces personnages de conte qui s'éveillent d'un sommeil enchanté et s'efforcent de retrouver leur existence disparue, de franchir l'abîme du temps perdu. On ne le voyait que trop, ils n'avaient pas oublié les actes qu'ils avaient commis au service de la Femme pâle ; je reconnus parmi eux un des gardes qui m'avaient traîné à ses pieds ; sous mon regard, il détourna vivement les yeux, et je n'insistai pas. Peottre m'avait déjà fourni le seul renseignement que je voulais.
Je traversai le camp que l'on désassemblait avec une hâte presque inconvenante. On installait déjà deux blessés graves, tous deux des forces de la Femme pâle, sur les traîneaux, et l'on démontait les tentes ; on bâtissait rapidement un tumulus de glace sous lequel gisaient trois cadavres, également d'anciens adversaires. Glasfeu avait dévoré celui de l'Aigle, le représentant du Hetgurd tombé lors de la résurrection du dragon ; lui devrait se passer de sépulture. Les deux autres hommes que nous avions perdus, Renard et Adroit, avaient été ensevelis dans l'effondrement de la fosse, et, de fait, les exhumer pour les inhumer à nouveau n'aurait rimé à rien. Je trouvais cet abandon de nos morts irrévérencieux, mais je percevais l'émotion qui le motivait : notre départ baignait dans une atmosphère d'urgence, comme si plus vite nous quitterions le glacier, plus vite la Femme pâle deviendrait une créature du passé. J'espérais qu'elle aussi restait enfouie dans l'immense tombeau affaissé.

Présentation de l'éditeur

Adieux et retrouvailles

L'assassin royal-13

Alors que les navires emportent au loin le prince Devoir et la Narcheska Elliania, désormais libres de se marier, un homme seul se dresse sur les rivages de l'île d'Aslevjal. Fitz Chevalerie, s'il a fini par se résoudre à la mort du fou, ne peut supporter de laisser la dépouille de son ami ensevelie sous les décombres du château de glace. Il se lance alors dans l'exploration désespérée des ruines souillées à tout jamais par les maléfices de la Femme Pâle. Son périple le mènera bien plus loin qu'il n'aurait pu l'imaginer : des contrées de la mort aux rivages secrets de l'Art, Fitz trouvera peut-être les réponses à toutes ses questions... ou des raisons de croire qu'il se trompe depuis le début.

Robin Hobb
a commencé sa carrière d'écrivain en 1995, avec le cycle de L'assassin royal, qui a fait d'elle un auteur désormais incontournable dans le paysage de la fantasy contemporaine. Les aventures de Fitz touchent à leur fin, mais l'auteur se consacre déjà à un nouveau cycle tout aussi excitant, celui du Soldat chamane.

Biographie de l'auteur

Robin Hobb a commencé sa carrière d'écrivain en 1995, avec le cycle de L'assassin royal, qui a fait d'elle un auteur désormais incontournable dans le paysage de la fantasy contemporaine. Les aventures de Fitz touchent à leur fin, mais l'auteur se consacre déjà à un nouveau cycle tout aussi excitant, celui du Soldat chamane.

Détails & caractéristiques

Informations sur le produit

À propos de cet article

Informations sur le produit

LIVRES POPULAIRES