Amazon.fr - UN ADMIRABLE CHRISTIANISME, RELIRE LES ACTES DES APOTRE - DANIEL MARGUERAT - Livres

Amazon.fr - UN ADMIRABLE CHRISTIANISME, RELIRE LES ACTES DES APOTRE - DANIEL MARGUERAT - Livres

Meilleur from Legrigri for Amazon.fr - UN ADMIRABLE CHRISTIANISME, RELIRE LES ACTES DES APOTRE - DANIEL MARGUERAT - Livres

Télécharger:
ID: 2882956657
Cloud: Taoïsme et Confucianisme
Téléchargement total: 5522
Lire en ligneTéléchargement

Description du produit

On le sait, à la fin du Ier siècle, la situation des chrétiens n'était guère enviable. Rupture avec le judaïsme, séduction d'un marché religieux foisonnant, brimades romaines...
Dans tout cela, quel avenir pour le christianisme ?
Luc, qui venait d'écrire son évangile, décide d'ouvrir un second volet, Les Actes des apôtres. Il s'agit de redonner courage à ses lecteurs et de les convaincre que le message de Jésus-Christ n'a rien perdu de son pouvoir.
Pourtant, que de chemins semés d'embûches ! Et à côté des deux figures majeures, Pierre l'enthousiaste et Paul l'enrôlé à son corps défendant, quelle multitude de gens tout ordinaires dont Dieu a fait les témoins du Ressuscité !
En proposant sur ces commencements du christianisme son regard à la fois d'historien et de théologien, Luc a tracé des pistes fort stimulantes. Y compris pour nos temps de grands bouleversements.
Ce petit livre, rédigé par l'un des meilleurs connaisseurs actuels des Actes des apôtres, nous en fera redécouvrir les enjeux et toute l'actualité. Il vient au bon moment pour vitaminer notre christianisme découragé et fatigué.

Pasteur dans l'Église protestante, Daniel Marguerat est professeur honoraire de Nouveau Testament à l'Université de Lausanne (Suisse). Spécialiste internationalement reconnu pour ses travaux sur les origines du christianisme, il possède un rare talent de vulgarisateur.

Extrait

Un acte de mémoire

On dit que les peuples heureux n'ont pas d'histoire. C'est faux. Tout peuple a une histoire, et c'est justement son histoire qui fait de lui un peuple différent des autres. S'identifier comme peuple, c'est se reconnaître la même histoire, glorieuse ou violentée. Le passé commun est le ciment de l'identité d'un peuple.
Ce que le slogan «les peuples heureux n'ont pas d'histoire» a toutefois de vrai, c'est qu'un peuple n'éprouve pas le besoin d'explorer son histoire à n'importe quel moment. Il l'explore lorsque le bonheur lui échappe, justement. Le besoin de remonter le fil du temps surgit au moment de la crise, lorsque le doute ombrage l'avenir. Comme le gymnaste recule pour prendre son élan et sauter l'obstacle, les peuples inquiets reviennent sur leurs traces historiques pour sécuriser leur identité et affronter l'avenir. Le christianisme, au temps de Luc, est inquiet.

LE PREMIER HISTORIEN

Dans les années 60-80, le christianisme a vu apparaître deux évangiles : le premier fut celui de Marc, le deuxième celui de Matthieu. L'évangile de Luc vint en troisième lieu, inspiré comme son prédécesseur par le récit de Marc. Mais à la différence des deux autres, Luc l'a complété d'un récit des origines du christianisme, auquel on donna au IIe siècle le nom d'Actes des apôtres. Notre auteur fut le premier à donner une suite à l'évangile et, dans l'Antiquité, son geste resta unique. Luc est le premier historien du christianisme. Deux longs siècles plus tard, Eusèbe, l'évêque de Césarée (265-339), rédigea une monumentale Histoire ecclésiastique en dix livres.
En fait, Luc n'avait pas l'intention d'écrire une histoire séparée de l'évangile. Ce que nous lisons aujourd'hui sous le titre Actes des apôtres constituait le second tome d'une grande oeuvre, qui enchaînait après l'histoire de Jésus celle de ses témoins. Nous en avons la preuve dans les premiers versets des Actes, où Luc ouvre sa seconde partie en résumant ce qu'il a raconté jusque-là : Le premier récit, Théophile, je l'ai fait sur tout ce que Jésus a commencé à faire et enseigner jusqu'à ce jour où, par l'Esprit saint, ayant donné des instructions aux apôtres qu'il avait choisis, il a été enlevé (Ac 1,1-2).
C'est pour des raisons de longueur que cet imposant récit de cinquante-deux chapitres n'a pas pu être copié sur le même rouleau. On écrivait alors sur des feuilles de papyrus collées bout à bout en un long ruban enroulable. Il a fallu, pour les Actes, commencer un nouveau rouleau. Mais au moment où se constituait le Nouveau Testament, un siècle plus tard, l'évangile de Luc fut groupé avec les trois autres... et les Actes se retrouvèrent seuls ! On hésita sur leur place dans la liste des livres bibliques. Ils furent rangés tantôt avec les épîtres pastorales à Timothée et à Tite, tantôt entre les évangiles et la lettre de Paul aux Romains. Ce dernier emplacement finit par s'imposer : les Actes racontaient l'intervalle entre Jésus et Paul et se terminaient à Rome (Ac 28), ce qui introduisait magnifiquement la lettre aux Romains.

Présentation de l'éditeur

On le sait, à la fin du Ier siècle, la situation des chrétiens n'était guère enviable. Rupture avec le judaïsme, séduction d'un marché religieux foisonnant, brimades romaines...
Dans tout cela, quel avenir pour le christianisme ?
Luc, qui venait d'écrire son évangile, décide d'ouvrir un second volet, Les Actes des apôtres. Il s'agit de redonner courage à ses lecteurs et de les convaincre que le message de Jésus-Christ n'a rien perdu de son pouvoir.
Pourtant, que de chemins semés d'embûches ! Et à côté des deux figures majeures, Pierre l'enthousiaste et Paul l'enrôlé à son corps défendant, quelle multitude de gens tout ordinaires dont Dieu a fait les témoins du Ressuscité !
En proposant sur ces commencements du christianisme son regard à la fois d'historien et de théologien, Luc a tracé des pistes fort stimulantes. Y compris pour nos temps de grands bouleversements.
Ce petit livre, rédigé par l'un des meilleurs connaisseurs actuels des Actes des apôtres, nous en fera redécouvrir les enjeux et toute l'actualité. Il vient au bon moment pour vitaminer notre christianisme découragé et fatigué.

Pasteur dans l'Église protestante, Daniel Marguerat est professeur honoraire de Nouveau Testament à l'Université de Lausanne (Suisse). Spécialiste internationalement reconnu pour ses travaux sur les origines du christianisme, il possède un rare talent de vulgarisateur.

Biographie de l'auteur

Pasteur dans l’Eglise protestante, Daniel Marguerat est professeur honoraire de Nouveau Testament à l’Université de Lausanne (Suisse). Spécialiste internationalement reconnu pour ses travaux sur les origines du christianisme, il possède un rare talent de vulgarisateur.

Détails & caractéristiques

Informations sur le produit

À propos de cet article

Informations sur le produit

LIVRES POPULAIRES